Dernières parutions :

Auteur : Jean-Jacques DIDIER

Titre : DE GRANDS PAS NOIRS DANS LES MIRACLES

Editeur : ÉDITIONS LE COUDRIER

Genre : poésie

Date de parution : 2011

 

 

De grands pas noirs dans les miracles

Aux éditions Le Coudrier dirigées par Joëlle Billy (dont on ne soulignera jamais assez la qualité du travail accompli en dépit de moyens financiers dérisoires), est paru entre autres en 2011 un recueil poétique dû à la plume de Jean-Jacques Didier. Son titre ? De grands pas noirs dans les miracles. Intitulé étrange, aux résonances vaguement surréalistes, mais qui n’est pas sans susciter d’emblée une curiosité non dénuée de fascinations subconscientes. S’agit-il d’ailleurs de poésie au sens strict du terme ? Didier semble avoir plutôt opté pour une écriture mi-prosaïque mi-poétique, formule très prisée actuellement, mais dont il use ici avec une rare maîtrise. Caractérisé par une exigence esthétique à laquelle l’auteur de La Chair du voyage et L’Écran nous avait déjà habitués, son nouvel opus peut cependant déconcerter au premier abord, non point tant par cette dualité formelle que par la multiplicité des thèmes de fond abordés : l’Espagne profonde, le rapport au Temps, le décès de Jean-Paul II, le sang et la mort, les relations père-fille… Toutefois ce qui pourrait passer a priori pour de l’hétérogénéité quelque peu incongrue se révèle en réalité habité par une intense « unité d’atmosphère ». Atmosphère de solitude, de déréliction, de deuil, d’incommunicabilité (« ce que la mort a rompu depuis son adolescence, c’est le fil de la conversation entre nous », p. 30), de chagrin aussi (« Mon cœur, consentiras-tu à expliquer ma tristesse sise en tel après-midi ? », p. 55). Bref, une inquiétude qui se déploie au fil des paysages castillans que l’auteur a traversés du 25 au 31 mars 2005, lors de la « Semana Santa » pendant laquelle s’éteignait le pape polonais. C’est précisément l’unité remarquable de ce recueil – que l’on ne perçoit cependant que page après page –, jointe à la densité peu commune de chacun de ses textes, qui font de ces Grands pas noirs dans les miracles un petit bijou qu’il serait regrettable d’ignorer. Si vous ne l’avez pas encore lu, courez donc l’acheter chez votre libraire… à grands pas noirs bien sûr !

 

 

Louis Mathoux

 

 

 

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57