Dernières parutions :

 

Auteur : France BASTIA

Titre : AU GRÉ DU JOUR, AU GRÉ DU VENT... JOURNAL 2011-2012

Editeur : ÉDITIONS LES CLAINES

Genre : journal

Date de parution : 2013

 

 

Au gré du jour au gré du vent... Journal 2011-2012

D’une plume primesautière, France Bastia nous mène à travers saisons et évènements d’une année à l’autre, de l’an 2011 à l’an 2012.

Si par inadvertance nous avions omis de lire un ouvrage important dans le paysage des Lettres françaises de Belgique, France Bastia nous rappellerait à l’ordre avec une vigilance toujours  empreinte de bienveillance. Nous avons ainsi l’occasion de découvrir un auteur auquel la diariste veut rendre justice. Poètes ou romanciers, essayistes ou historiens, France Bastia ne laisse guère de terrain littéraire en friche sans pour autant prétendre à l’exhaustivité.  Chacun peut établir pour lui-même le compte des ouvrages lus et les retards qu’il devrait obligatoirement combler. Plus de cent écrivains belges sont cités, au gré du jour, au gré du vent. En deux années, 2011-2012, que de moments littéraires revivifiés par son regard incisif et ses propos alertes, que d’évènements heureux ou attristants rappelés avec délicatesse, humour parfois. Une sorte de distance cependant entre l’auteur et ce qu’elle écrit crée imperceptiblement un espace propice aux réflexions philosophiques, aux considérations existentielles. Une manière d’apprivoiser le temps qui passe à la manière de Montaigne,  son auteur favori. J’ayme une sagesse gaie et civile et fuis l’aspreté des meurs et l’austérité ayant pour suspecte toute mine rébarbative. Tetrica sunt amœnanda jocularibus (Il est bon d’égayer le chagrin par des facéties) L’observation quotidienne de son jardin nous enchante et apporte à chaque page de son journal une sorte de fraîcheur et d’innocence comme pour nous laver de toute la violence et la laideur qui nous environnent parfois et pèsent lourdement sur notre état d’esprit. Dimanche 27 mars/ Les bourgeons éclatent partout, les jonquilles sont en fleurs sur les pelouses, les forsythias dans les haies, les ficaires au pied des saules, les primevères dans le jardin, le jaune décidément est la couleur reine du printemps ! Mais c’est oublier, pardon, le bleu roi des muscaris et le rose délicat du cerisier chinois, ce dernier à peu près seul rescapé (milieu trop humide sans doute) de la vingtaine de ces arbres que j’avais plantés il y a une vingtaine d’années en bordure de la grande allée.

Parfois, la diariste discute avec elle-même et propose au grammairien philosophe d’arbitrer entre les diverses interprétations d’un mot : Quand on lit ou entend : «X est un philosophe », que faut-il aujourd’hui comprendre ? Que X est un sage ou qu’il a fait des études de philosophie ?........ Comme il y a des artisans et des artistes, des amoureux de la langue et des linguistes, ne pourrait-on parler de philosophes et de philosophistes ? Que pense de ce néologisme mon philosophe de grammairien ? Il défendra certainement le bon usage. Voilà qui rassure le lecteur tout en l’incitant à poursuivre sa lecture avec plaisir et attention.

 

 

Dominique Aguessy

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57