Dernières parutions :

Auteur : Martine ROUHART

Titre : PUZZLE

Editeur : ÉDITIONS MEMORY

Genre : roman

Date de parution : 2013

 

Puzzle

L’été dernier, nous faisions l’heureuse découverte du premier roman de Martine Rouhart, Au fil des pages (2012). Nous avons pu présenter l’auteure et son œuvre lors de la Soirée des Lettres du 16 octobre 2013 qui réunissait cinq prosatrices (voir Nos Lettres, n° 11, décembre 2013). Entretemps, nous avions reçu un deuxième roman, Puzzle, publié chez le même éditeur (Memory, B-6970 Tenneville). Nous en avons dit quelques mots en octobre mais souhaitions le commenter plus largement.

À première vue, Puzzle offre des similitudes avec Au fil des pages : deux journaux intimes s’y conjuguent. Mais les deux voix de Puzzle émanent de la même personne – Marie – qui s’exprime à dix ans d’intervalle. Le « je » du présent (2011-2012) alterne avec celui d’un passé (2002) où s’insère un passé antérieur : les carnets de notes tenus dans le maquis, en 1942-1944, par le résistant Lucien, père d’Alice, la grand-mère maternelle de la narratrice.

Novembre 2011. Marie écrit sa tristesse : sa grand-mère est morte. Malgré sa vie personnelle réussie, elle se sent abandonnée, seule devant « l’écheveau serré » des souvenirs d’Alice et des siens. Ces lignes le font pressentir : les « souvenirs » de l’une et de l’autre recèlent leur part d’ombre. Suivent, en alternance, les pages du journal de 2002 et celles d’aujourd’hui. Au cours de ce double récit s’assemblent peu à peu les pièces du puzzle. La question la plus taraudante n’aura de réponse  – inattendue – que tout à la fin.

À Mons, en 2002, Marie termine des études d’histoire et travaille à sa thèse consacrée à la Résistance. Sa grand-mère lui confie les carnets de son père mais refuse obstinément de parler de lui. Pourquoi Lucien, mari aimant, a-t-il abandonné sa femme et ses deux filles sans explications et sans jamais donner de nouvelles ? Leur fils a disparu définitivement après une dispute avec lui. Quel drame a donc eu lieu ? Deux générations plus tard, l’histoire familiale se répète étrangement : en 2001, Adrien, père de Marie, quitte son foyer, incapable d’y vivre depuis la mort accidentelle du fils, Fabrice. Ce qu’il est devenu, nul ne le sait.

Fin 2011. Professeur à Bruxelles, Marie reprend son journal. Elle parle d’elle, de son métier, évoque son mari, sa famille. Elle voudrait retrouver son père. Philippe, à qui la lie une amitié solide, va l’aider dans cette entreprise. Progressivement, Marie voit aussi plus clair en elle et dans son couple.

On s’attache aux personnages de ce livre dont on apprécie beaucoup la construction. L’énigme ne sera résolue que deux pages avant la fin. Marie ne prend la mesure de soi qu’au terme du roman.

Avant la publication d’Au fil des pages, Martine Rouhart a fait paraitre Agir et accueillir (Thélès, Paris, 2010), un récit de sagesse et d’espoir lié aux épreuves de santé qu’elle a vécues. Le numéro 7-8 de juillet-aout 2014 de la Revue générale nous la révèle en tant que nouvelliste avec La symphonie inachevée, histoire douloureuse d’amour paternel et de mort, écrite, elle aussi, à la première personne. Un nouveau roman de Martine Rouhart nous est annoncé, perspective dont nous nous réjouissons.

Claire Anne Magnès

Ce texte applique les rectifications orthographiques de 1990.

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57