Dernières parutions :

Auteur : Jean-Luc WAUTHIER

Titre : SUR LES AIGUILLLES DU TEMPS

Editeur : ÉDITIONS LE TAILLIS PRÉ


Genre : poésie

Date de parution : 2014

 

Sur les aiguilles du temps

Jean-Luc Wauthier est un écrivain complet : il a écrit poèmes et romans – dont ce petit chef d’œuvre « Les tablettes d’Oxford » - ainsi qu’une pièce de théâtre.  Le rédacteur en chef de l’illustre « Journal des Poètes » nous revient avec un recueil que l’on serait tenté d’appeler : « Livre de la Sagesse ».  Le ton est grave.  Après avoir beaucoup fait, agi, le poète se demande à lui-même s’il n’a pas rêvé étreindre une chimère.  Interrogation lucide d’une intelligence exigeante.  Mais rien de tel pour se radouber qu’une plongée dans la nature.  Un retour au pays, à ses racines, à la terre de l’enfance dont on s’est trop longtemps tenu éloigné.  « Et moi/je me suis éloigné de la table des convives/pour laisser à mon double/toute la part du festin/ ».  Cependant, on ne se réhabitue pas aussi vite que cela à la vie simple, aux petits bonheurs de la quotidienneté, qui valent bien gloire et fracas.  Il n’empêche !  Le temps a passé, les choses ont changé.  Les enfants ont grandi, ils se sont affranchis.  « Ce fut un jour d’intime réflexion quand ton fils devint plus grand que toi/ ».  Les matins sont toujours tristes quand on se trouve à l’étiage.  Seule demeure intacte, constante « identique à elle-même » la foi ; la foi dans le poème.  « Poème mon bon compagnon/dis-moi à l’oreille/ce que tu as vu dans les cartes/ ».  Mais une autre aube s’est levée.  Fortrait, le vieux cheval se redresse, a l’énergie de trotter encore entre les obstacles.  La sagesse est longue à poindre à qui, de confiance, a mis sa vie dans l’approbation d’autrui.  Que restera-t-il si l’on nous ôte notre amour-propre ?  Le plaisir « d’écrire à soi, et comme pour soi-même », ce qui était le vœu de Montaigne.  Ce recueil est plein et signifiant ; il est capital dans l’œuvre de Jean-Luc Wauthier.  C’est le récit de la lutte avec l’ange, sa chute et sa palingénésie.  Et la résignation à ce que l’on ne peut changer.  C’est une poésie qui ne fait pas mystère d’elle-même.  Un langage limpide comme l’eau des roches, avec parfois des agencements qui font souvenir de Reverdy.

 

 

Marcel Detiège

 

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57