Dernières parutions :

Auteur : André DOMS, illustrations de Pierre Tréfois et postface de Jean-Louis Rambour

Titre : ROUGE RÉSIDUEL

Editeur : ÉRANTHIS

Genre : poésie

Date de parution : 2015

 

 

Rouge résiduel

André Doms est un de nos grands poètes.  Il a pris part à toutes les aventures de la vie littéraire.  Dans le grand âge - « Grand âge, nous voici ! » -, il  ne désarme pas.  Il résiste.  Il se donne de nouveaux défis, qu’il relève et surmonte avec la souplesse d’un Montesquieu qui sautait les clôtures pour montrer à ses visiteurs sa souplesse persistante.  Le poète nous propose, cette fois, en une fort élégante plaquette, un poème qu’il développe sur le mode délicieusement abscons.
En regard d’acérés dessins broussailleux de Pierre Tréfois, le poème est comme une translittération de l’abstraction esthétique à la prose.  Le poète aligne à jet continu des mots qui semblent des nuées de moineaux dans un ciel clair.  C’est à ce point que le lecteur, à la longue, se demande s’il ne serait pas le jouet d’une illusion d’optique consistant en un tournoiement de taches noires devant les yeux, ainsi qu’on en perçoit parfois après une trop intense lecture, ou une exposition trop longue au soleil.  Les dessins de Tréfois sont le fil rouge que suit le poète avec application.  Ainsi donc, dessins et prose se complètent et s’imbriquent parfaitement.  Au bout du compte, ils deviennent indivisibles.  Et l’œuvre de l’un et de l’autre sont tout un.  C’est un brillant exercice de style.  C’est de la virtuosité avec quelque chose de l’ellipsisme mallarméen.
« Visages envisagés,  corps incorporés, la valse où deux se fondent, hors lieu, têtes et sexes aux retrouvailles de l’eau-mère, l’énigme indicative sous le signe du sang qui cavale, où suffit notre fusion d’amour. »
Jean-Louis Rambour écrit, finement désinvolte :
« Doms croyait au ciel, Tréfois n’y croyait pas : « fusions d’amour » que tout cela.  Geste, Verbe, Musique, tout se mêle et nous sommes à guetter « l’oracle concret » qui parviendra à nous sortir de la « broussaille du chiendent » et des « nuées de fumerolles ».  Pour annoncer quoi ?  Allez savoir : on y réfléchit depuis 200.000 ans ».
Bref, tout cela est très fermé.  C’est de l’Art pour l’Art.  Et c’est de l’Art, un point et c’est tout. Mais non point Art résiduel…

Marcel Detiège

 

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57