Dernières parutions :

Auteur : Anne RICHTER


Titre : ÉTRANGES ET FAMILIERS, 38 PORTRAITS D'ÉCRIVAINS DE SIMENON À ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT


Éditeur : ÉDITIONS AVANT-PROPOS

Genre : portraits d'écrivains

Date de parution : 2015

 

Étranges et familiers, 38 portraits d'écrivains de Simenon à Éric-Emmanuel Schmitt

Nous nous souvenons du « Simenon malgré lui », essai d’Anne Richter qui remporta le Prix du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La couverture de l’ouvrage en nos mains aujourd’hui nous renvoie au numéro récemment paru du NON-DIT, Marie-Thérèse Bodart, « Les écritures patrimoniales », dans lequel Anne Richter signe l’article intitulé « L’enfant des tempêtes », parlant de sa mère, la romancière précitée. C’est dire que nous abordons cet ouvrage en présence de moments littéraires importants.
Trois thématiques le structurent : les femmes, l’art, le mystère. Anne Richter nous invite à observer les portraits tracés « au fil de trente années d’activité critique, faites de présentations, de conférences remaniées, d’articles demeurés inédits ou publiés en revue. » Elle évoque pour chacun les aspects de son oeuvre assez significatifs pour en donner un aperçu général. De Simenon auquel elle a consacré plusieurs ouvrages, elle souligne « les grandes questions de la solitude et de l’amour » posées dit-elle, « avec une simplicité poignante.» Nancy Huston et Andréi Makine sont associés à l’évocation d’autres visages de la femme, rejoignant la célébration du féminin léguée par les peintres cités par Gilles Plazy dans l’album publié sous le titre, « La femme impressionniste ». Les héroïnes de Gaston Compère et Ethel Mannin, en quête d’identité, épousent souvent les convictions personnelles de ces auteurs. L’analyse de la vie et des oeuvres de quelques couples d’écrivains célèbres, Sophie Tolstoï, Virginia Woolf, Simone de Beauvoir, nous est présentée avec finesse et perspicacité. « Il s’agit de savoir qui s’occupera d’esprit, donc d’écriture, et qui s’occupera de matière donc d’organiser la vie quotidienne autour de cette oeuvre écrite ». Anne Richter en conclut que « pour ces trois femmes dont la vie amoureuse fut exceptionnelle, la création et la procréation devinrent des tâches inconciliables ».
Le chapitre sur l’art s’ouvre par l’hommage rendu à Jean-Marie Gustave Le Clézio, Prix Nobel de littérature en 2008, salué par le jury comme « un écrivain de la rupture, de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle. » Suivent d’autres noms célèbres, repères dans l’histoire de la littérature, dont les ouvrages nous étonnent encore. Le chapitre se clôt sur les belles pages consacrées à l’amitié entre Charles Plisnier et Roger Bodart, le père de l’auteure. L’un prononçant le discours de réception de l’autre à l’académie. Le troisième chapitre rend hommage à la « Belgique fantastique » selon le titre de l’ouvrage de Jean-Baptiste Baronian, que les auteurs reconnaissent leur filiation à Jean Ray ou à Franz Hellens. Mais le Mystère s’exprime aussi dans la « Plénitude de la soif » de Liliane Wouters, le labyrinthe de Georges Thinès, les prodiges d’André Schmitz. Au terme d’un parcours vivifiant dans le monde des écrivains, si bien étayé d’exemples, de rappels d’ouvrages en vogue ou quelque peu délaissés, de références bibliographiques ou personnelles, Anne Richter nous invite à méditer sur ces mots d’Eric-Emmanuel Schmitt dans « Oscar et la Dame en Rose » : « Il n’y a pas de solution à la vie, sinon vivre ».


Dominique Aguessy

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57