Dernières parutions :

"Coquines" Isabelle Fable

Auteur : Isabelle FABLE

Titre : COQUINES

Editeur : MON ÉDITION

Genre : nouvelles érotiques

Date de parution : avril 2011

Coquines.

On s’en souvient, la poétesse belge Isabelle Fable avait déjà fait parler d’elle en 2008, lorsque son très beau recueil « Femmes en souffrance » s’était méritoirement vu octroyer le Prix Delaby-Mourmaux de l’A.E.B. La voici qui nous revient à présent dans un genre tout à fait différent, mais non moins séduisant, puisque « Coquines », son dernier opus, consiste cette fois… en un recueil de nouvelles érotiques ! Ce qui n’est pas tout à fait étonnant dans un sens, si l’on sait que l’auteure avait songé un temps à apporter sa contribution personnelle à « Fragments d’Eros », l’ouvrage collectif relevant du même genre littéraire et paru il y a peu aux Editions Novelas.

Si l’érotisme en littérature constitue aujourd’hui un genre particulièrement à la mode – autant chez les écrivaines que chez les écrivains d’ailleurs ! –, il s’enracine parfois dans un univers glauque où un culte inavoué de la perversité et du sadomasochisme tente de se donner un semblant de respectabilité par le biais de considérations pseudo-mystiques relevant davantage de la psychiatrie que de la littérature. Rien de tel heureusement dans l’ouvrage d’Isabelle Fable où, tout au contraire, le sexe frais et décomplexé voisine résolument avec l’humour, la fantaisie et la bonne humeur.

En 51 pages bien …troussées, le lecteur peut y suivre non sans délectation les aventures très corsées qu’y vit la jeune et troublante Arielle au cours de trois récits successifs intitulés « Cours de maths ou cours de langues ? », « Muses au musée » et « Boomerang ». Si la langue ( !) utilisée se veut résolument dépourvue d’apprêts et de fioritures lyriques – mais est-ce bien nécessaire dans ce domaine ? –, l’ensemble s’avère simple et agréable à lire, les trois nouvelles à la construction narrative très maîtrisée témoignant de surcroît d’un art consommé de la chute. Isabelle Fable y réussit l’exploit peu commun de cultiver l’audace du récit sans pour autant tomber dans le piège de la vulgarité. On accordera enfin une mention toute spéciale à la grande originalité des situations décrites, le genre érotique se prêtant hélas trop souvent à l’évocation de clichés plus ou moins ennuyeux à cet égard.

Bref, un petit livre particulièrement réussi, que l’on dévorera avec un plaisir non dissimulé… et auquel les lecteurs et lectrices attendront impatiemment une suite, tant l’auteure y fait montre d’un talent étonnant dans ce registre !

Louis MATHOUX

 

 

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57