Dernières parutions :

Auteur : Armel JOB

Titre : LOIN DES MOSQUÉES

Editeur : ÉDITIONS ROBERT LAFFONT

Genre : roman

Date de parution : 2012

Loin des mosquées

Non, ce n’est pas un livre de plus sur les questions brûlantes de l’islamisme et du voile, avec des prises de position, des ukases, des jugements à l’emporte-pièce, comme on en lit tant. C’est un roman d’Armel Job, tout simplement, raconté à la manière d’Armel Job, cette lucidité tranquille, ce don du récit, ce sourire en coin qui nous le rendent si cher, et si précieux. Si précieux, parce que nous avons besoin, justement, plus que des sermons d’un nouveau Pierre l’Ermite, d’un regard lucide et attentif sur les choses et les gens, les gens de l’Islam installés chez nous, sur nos concitoyens qui les fréquentent tous les jours, les différences de cultures et de civilisations.

Disons tout d’abord qu’Armel Job s’est solidement documenté sur la question, et qu’il ne s’agit pas chez lui d’une érudition superficielle. Il y a dans ce livre des passages d’une merveilleuse délicatesse, ainsi p. 100, à propos de la psychologie féminine, chez les petites filles :

Les petites filles de dix ans n’aiment pas pour les mêmes raisons que les jeunes filles. Invisibles dans l’ombre, elles voient des choses que les autres n’aperçoivent plus. Elles n’ont pas d’espoir pour elles-mêmes. Leur chagrin non plus ne saurait être bien long, car elles n’ont pas appris encore à s’apitoyer sur leur pauvre petite mine devant la glace.

À côté de cela, la fameuse tache de sang sur les draps, le lendemain du mariage. Les scènes érotiques ne sont pas absentes, mais elles sont traitées avec une extrême délicatesse, une grande justesse de ton. La rupture des fiançailles – un véritable drame, où l’honneur de la famille est engagé ; et cela me rappelle des histoires survenues dans mon village, à la fin des années quarante du siècle passé : une telle rupture entraînait une brouille totale et irréversible entre les deux familles, et bouleversait même la politique villageoise.

Bref, encore une fois, un livre d’une grande fraîcheur et d’une grande simplicité, qui ne juge pas, ne débat pas de graves idées, mais se contente d’énoncer les choses, dans le cadre de la vie de tous les jours. Et certaines inventions de la ruse féminine, lorsqu’il s’agit de sortir de situations embarrassantes, sont dignes du Décaméron.

Joseph Bodson

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57