Dernières parutions :

Auteur : Christopher GÉRARD

Titre : VOGELSANG OU LA MÉLANCOLIE DU VAMPIRE

Editeur : ÉDITONS L'ÂGE D'HOMME, COLL. LA PETITE BELGIQUE


Genre : roman

Date de parution : 2012

 


Vogelsang ou la mélancolie du vampire

Un roman très différent des précédents. Roman fantastique si l’on veut, avec des références fréquentes à des quartiers bruxellois, une intrigue vaguement policière. Un roman dont les débuts semblent un peu répétitifs, mais ce n’est qu’un trompe-l’œil, l’intrigue se noue vraiment dans le dernier tiers de l’ouvrage.

On y retrouve le goût de l’auteur pour l’Antiquité classique, pour le passé en général, les sociétés secrètes, les ascendances lointaines (on aurait attendu, peut-être, la Transylvanie de Dracula, mais ici, ces vampires viennent plutôt, après bien des péripéties, du Caucase cher à Dumézil).

Le personnage central, le docteur Laszlo Vogelsang, est surtout marqué par son goût pour la musique, son élégance vestimentaire un peu désuète (non pas snob, mais plutôt dandy, comme pouvait l’être le beau Brummel). Et, bien sûr le goût du sang, de quoi vous faire frémir : on se croirait parfois dans l’American Psycho de Bret Easton Ellis. Le tout, bien sûr, comme d’habitude chez Christopher Gérard, en un style somptueux.

Mais il y a une faille, une faille qui va déclencher le drame : le Dr Vogelsang a des origines en partie humaines. C’est ainsi qu’à la page 99, on le verra pleurer. Eh oui, les larmes du vampire, cela existe… En fait, il y a chez lui une aspiration à la perfection, une rage de se sentir limité par l’écoulement du temps et l’impossibilité de modifier le monde en profondeur, de le transformer en une sorte de sphère idéale, gouvernée par la même harmonie profonde que les Variations Goldberg. Aussi étrange que cela puisse paraître, il y a du Faust chez Vogelsang. Un roman fantastique qui a des allures, parfois, de conte philosophique ? Peut-être. À l’auteur de décider…

Je vous laisse le plaisir, ou l’angoisse, de découvrir la suite. Je citerai simplement la citation de J.K. Huysmans placée en exergue de l’épilogue :

Quelque chose comme une fin d’amour dans un paysage triste.

Joseph Bodson

 

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57