Dernières parutions :

Auteur : Corinne HOEX

Titre : LE RAVISSEMENT DES FEMMES

Editeur : GRASSET

Genre : roman

Date de parution : 2012

Le ravissement des femmes

Les tartuffes sont toujours de ce monde. C’est ce que montre Corinne Hoex de la plume si magnifiquement ciselée qu’on lui connaît dans Le ravissement des femmes, tout dernièrement paru chez Grasset. Corinne Hoex, sans doute la plus belle plume de Belgique, en passant chez un des plus grands éditeurs français, ne quitte pas la thématique qu’elle abordait dans ses romans précédents : l’abus de pouvoir dans la relation parents-enfant. Sauf qu’il s’agit ici de paternité spirituelle, et que cet abus de pouvoir est dénoncé avec l’amusement d’une ironie qui en gênera certains, et parfois la dureté délicieusement injuste du pamphlet.

Le titre évoque assez ce qui peut être de l’ordre du rapt, de la prédation, mais aussi de l’extase érotique ou mystique – entre menace et jouissance. Où nous suivons Elisabeth, 45 ans, spécialiste de livres rares,  rejoignant un essaim bourdonnant et adorateur de femmes à la suite d’un Père Constantin au regard mauve et magnétique, ‘maître’ spirituel très charismatique proposant du nord au sud de la France, de couvent en monastère, des stages de spiritualité baptisés La Présence, L’Ultime et l’Intime, L’Embrasement, ou L’Extase du Cœur.

Elisabeth est elle-même vite envoûtée malgré son regard distancié d’ethnographe ironique. Car Constantin est la drogue, la dope de ces femmes seules qui veulent du rêve, cherchent une bouée : toutes ont bricolé leur mirage autour de lui. Constantin, lui, cultive l’ambiguïté de flirts théologiques, exploite à l’envi leur besoin, se prend pour un nabab car, n’est-ce pas, le luxe dédouane de la laideur du monde – et il ne craint pas de se laisser aller à la plus basse goujaterie ou muflerie, aux abus les plus patents. Certaines ont abandonné enfants, mari, famille pour le suivre, ce ‘père’ phantasmé, devenant les vierges (?) inépousées de cet absent magnifique. Et toujours elles paient. Elles paient contre quelques paroles ou de se croire chacune l’élue. Ou pour un rêve de ravissement sans doute : elles tueraient le bon Dieu pour l’avoir dans leur lit.

Critique ironique des bigoteries et du besoin de guru, de certains errements New Age, et de toutes les tartufferies surtout, enturbannées ou non, cet habit qui trop souvent fait le moine. Dénonciation amusée mais acerbe du spectacle organisé autour de l’idole, entourée de ses courtisanes pas toujours si candides que ça d’ailleurs, ses adoratrices frissonnantes, et en tout cas solvables à merci.

Faut-il dire à nouveau combien l’écriture de Corinne Hoex est un régal de ciselage où chaque mot est choisi avec soin, où chaque phrase, posée avec la plus grande justesse, propose un texte étincelant – tel un minéral. Un délice langagier ravissant l’esprit ou l’oreille – puisqu’il est de ces textes que l’oralité fait davantage encore résonner.

 

Eric Brucher

Actualité littéraire

Partenaires

Contactez-nous

Pour tout commentaire ou demande d'information...

bot-mail

Siège Social

Maison Camille Lemonnier
Maison des Écrivains
chaussée de Wavre, 150
1050 Bruxelles
Tél. : 02/512.36.57