Nelly Laurent

Nelly LAURENT entrera « en écriture » à  50 ans, réalisant ainsi un rêve secret.  
Pour elle, écrire est un loisir et un bonheur qui lui permettent de ressentir plus intensément le moment vécu, d’élargir son cœur en laissant monter les mots dans leur propre couleur. C’est une aventure relationnelle avec soi-même et avec le lecteur.  
Cathy Leyder, poète, la présente ainsi : « N.L. une femme qui fait des petites choses du quotidien la pureté d’une ligne de vie riche de valeurs essentielles : authenticité, générosité, sagesse, force, beauté, délicatesse.  Comme le dit si bien une chanson de Julos Beaucarne, N.L. est aussi  « une femme de la texture de la parole et du vent qui tisse les mots au bout d’elle-même. » Son écriture fait circuler le souffle d’enracinement présent chez chacun de nous.
Son premier livre « Flocons d’enfance » ouvrira très vite à d’autres horizons,  d’autres livres tant il s’y trouve de l’universalité, de la liberté, du rêve, de l’humanité, de la poésie. »

Ainsi ce livre sur l’accompagnement des dernières années de la vie de sa maman atteinte de la maladie d’Alzheimer.  « Jour après soir » prend le lecteur par la main. Il pourra y puiser une force qu’il ignorait en lui, au contact de la tendresse, de l’humour, de la délicatesse de quelques scènes éclairées d’un contre-jour qui met en relief ce qui est essentiel.

Autre livre important, Je suis toujours en vie. Correspondance et carnet d’un Chasseur ardennais en 1939-40 aux Ed. Traces de vie, 2012. L’auteure a découvert un trésor : la correspondance de ses parents âgés de 27 et 32 ans, pendant la mobilisation. 200 lettres quotidiennes, mais aussi l’agenda du soldat, Chasseur ardennais qui décrit en direct la Campagne des 18 jours en mai 40.
Témoignage historique bouleversant, travail de mémoire et de transmission familiale à portée collective. « Surprenant ouvrage qui aborde la guerre sous un aspect rarement développé. » Oeuvre originale parce qu’écrite au plus près de ce que vit l’auteur au 21e siècle, dans sa vie de femme qui découvre ses parents avant sa naissance et son père disparu trop tôt alors qu’elle avait 6 ans.

Fin 2014 paraît  « La rue des Songes, ou les rêves d’une métamorphose », récit sur la transformation d’un rêve récurrent qui accompagne une métamorphose intérieure bien réelle.
En seconde partie du livre, réédition de  Flocons d’enfance, qui a réjoui toutes les générations. « Un véritable enchantement qui nous mène l’air de rien dans de si délicats voyages. »


Bibliographie

  • Flocons d'enfance, récit, Éd. Éole, 1998 (épuisé)
  • Tout le monde le cherchait ailleurs, première partie, roman, Bernard Gilson Éditeur, 2002
  • Enfants de l’espace, deuxième partie, roman, Bernard Gilson Éditeur, 2003
  • Un nid dans la glycine, nouvelle, collectif Dernières nouvelles du Luxembourg, au Service du Livre Luxembourgeois, 2004
  • Le don de la présence, revue Itinéraires n°1, La vie dans le Présent, Initiations, printemps 2007
  • Un rameau de buis vert, revue Itinéraires n°3, Ces gestes qui sauvent le monde, Initiations, automne 2007
  • Jour après soir, récit, Éditions Weyrich, 2007
  • Poèmes, dans Nos artistes se dévoilent, tome 1, Cercle Art et Histoire de Libramont-Chevigny, 2009
  • Teddy, nouvelle, collectif De sous la lampe, Revue L'Arbre à paroles, n°148, été 2010, Maison de la Poésie, Amay
  • Je suis toujours en vie. Correspondance et carnet d’un Chasseur ardennais en mai 1939-40, récit, Éditions Traces de vie, 2012
  • 5 poèmes, dans A claires voix, anthologie, col. Ateliers pARTage, Ed. L’Arbre à paroles, 2013
  • La rue des Songes ou les rêves d'une métamorphose suivi de Flocons d’enfance, récit, Éditions L'Harmattan, coll. Encres de vie, 2014
  • Arrière-saison, in L'héritage insoupçonné, livre collectif avec Caroline Tapernoux, Annemarie Trekker, Annie Bergot, Nelly Laurent, L'Harmattan, collection Encres de vie, 2017

Actualité littéraire

Prix Gilles Nelod 2021

PRIX GILLES NELOD

Géré par l'Association des écrivains belges de langue française et créé grâce à une libéralité de Gilles Nelod, un prix de 250 € est décerné tous les deux ans. Il récompense l'auteur d'un récit ou d'un conte.
Le texte proposé (environ 900 lignes dactylographiées) ne sera pas destiné spécialement aux enfants. Il sera signé.
Il ne peut être écrit en collaboration, ni avoir été édité en volume, revue ou journal avant la date extrême de rentrée des manuscrits.
Ne concourent que des écrivains belges d'expression française vivant en Belgique. Il n’est admis qu’un seul texte par auteur. Le prix ne peut être attribué plus d'une fois à une même personne, ni partagé entre plusieurs candidats.

Prix de poésie 2021

L’AEB remettra cette année deux prix de poésie :

 

PRIX HUBERT KRAINS

Le prix Hubert Krains, d'un montant de 500 euros, est décerné tous les deux ans.

Le prix récompense alternativement une œuvre en prose et une œuvre en vers. Cette année 2021 couronnera une œuvre en vers.

Sont seules admises des œuvres inédites dont les auteurs n'ont pas atteint l'âge de 40 ans à l’expiration du délai de dépôt des manuscrits, soit le 15 août 2021.

Envoyés en cinq exemplaires, les manuscrits dactylographiés ou très lisiblement écrits sont anonymes et portent une devise suivie d'un nombre. Devise et nombre sont reproduits sur une enveloppe qui est remise en même temps que les manuscrits et qui contient l'identité de l'auteur et sa date de naissance.

Le prix ne peut être partagé. Le jury peut décider qu'il n'y a pas lieu de l'attribuer ; dans ce cas, le montant du prix n'est pas augmenté la fois suivante.

PRIX DELABY-MOURMAUX

D’un montant de 500 euros, le prix Delaby-Mourmaux est attribué tous les deux ans à un recueil de poésie inédit ou publié au cours des deux dernières années précédant celle de la remise du prix.

Les recueils doivent parvenir en cinq exemplaires au siège de l’Association des écrivains belges, chaussée de Wavre, 150, 1050 Bruxelles, avec la mention « Prix Delaby-Mourmaux », avant le 15 août 2021.

Ils ne seront pas renvoyés aux auteurs.

L’œuvre couronnée doit avoir été écrite en français, à l’exclusion de toute traduction au départ d’une autre langue et comporter au moins trente pages dactylographiées ou imprimées.

Elle ne pourra avoir été rédigée en collaboration ni avoir obtenu un prix auparavant. Son auteur devra être de nationalité belge. Le prix ne sera pas partagé.

Créé grâce à une libéralité du poète défunt, le prix Delaby-Mourmaux permet à l’Association des Écrivains belges de langue française de commémorer le souvenir de Philippe Delaby, trésorier, puis secrétaire général de l’A.E.B., et de son épouse Jeanne Mourmaux.

 

Prix Emma Martin 2021

En 2021 l’AEB décernera le prix Emma Martin (1000 euros) consacré cette année aux romans.

L’œuvre couronnée doit avoir été écrite en français, à l’exclusion de toute traduction au départ d’une autre langue. Elle ne peut avoir été rédigée en collaboration ni avoir obtenu un prix auparavant. Son auteur doit être de nationalité belge. Le prix ne sera pas partagé.

Le roman doit avoir été édité en 2019, 2020 ou 2021.

Le jury est constitué de cinq membres désignés par l’A.E.B.

Nos partenaires

Contact

Du lundi au jeudi, de 10 à 12h, et de 13 à 16h.

a.e.b@skynet.be

+32 (0)2 512 36 57

Navigation

Maison Camille Lemonnier

Maison des Écrivains

Chaussée de Wavre, 150

1050 Bruxelles